Mine de rien, Bande annonce

Publié le 26 avr 2016 dans Documentaires

Mine de rien, Salau (Ariège)  la mine de tungstène empoisonnée. Bande annonce.

Voici la bande-annonce de notre prochain film, à sortir, nous l'espérons bientôt. 

Il s'agit de l'histoire de la mine de Salau, une mine fermée en 86, et  qu'une entreprise junior aimerait rouvrir, malgré la présence d'amiante dans les roches. 

Il faut savoir qu'en France, ouvrir les mines est devenu une nouvelle mode lucrative, malgré les alertes des médecins, chercheurs et populations locales qui s'opposent à la destruction de l'environnement et des risques sanitaires qui découlent de cet extractivisme...

 

 

Si voups voulez nous aider, contactez-nous à redaction@mediacoop.fr

 

5 Commentaires

Ajoutez le vôtre

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

mais qui sont ces opposants à l ouverture de la mine?
ces néos ruraux venus toucher leur rsa ici car ils savent que pole emploi ne les dérangeront pas parce que c est une région peu recruteuse?
ils l ont connu la vallée quand la mine fonctionnait? ils les ont vu passer les camions de tugstène descendre?
moi, oui, je l ai vu le seul camion de tungstène descendre quotidiennement. je parle de celui qui descendait de la mine, pas de celui qui descendait du col de la trappe avec ses cailloux blancs.
j ai vu aussi le magasin de chaussure de seix qui a fermé depuis la fermeture de la mine. j ai vu aussi les cafés restaurant de seix, couflens, salau qui ont fermé depuis la fermeture de la mine. j ai vu l'épargne de seix qui a fermé,j ai vu la caisse d'épargne à seix qui a fermé. j ai vu des transporteurs de st girons qui ont fermé. j ai vu une école à salau qui a fermé. j ai vu une boulangerie de seix qui a fermé. j ai vu trois coiffeurs de seix qui ont fermés. j ai vu un magasin d article de sport à seix, qui a fermé. j ai vu un photographe à seix qui a fermé. j ai vu une épicerie à oust qui a fermé. j ai vu un magasin de journaux à oust qui a fermé.j ai vu un hotel à seix qui a fermé. j ai vu une boucherie à seix qui a fermé. j ai vu une gendarmerie où il y avait sept gendarmes à oust....
et tout ça, cela n a pas été repris parce que la vallée s est vidée de ses familles de mineurs, vidée de ces familles qui faisait vivre ces commerces qui n'ont plus leur raison d'être, avec des enfants qui remplissait les écoles.
alors, pour maintenir au mieux les écoles, pour compenser la perte de toute cette population de travailleurs, on a fait venir des gens qui ne travaillent pas, d'autant plus que cela pérénnise les emplois des élus, vu qu'ils ne risquent pas de voter autre que leur étiquette...
et aujourd'hui, ces parasites sociaux ont tellement la crainte que pole emploi leur trouve du travail, qu'ils s'opposent fermement à la réouverture de la mine de salau. tout comme ils se sont opposés à l'extension de la station de guzet.
nous aurons l'occasion de faire de la pub pour notre belle région, sur les infos, je vois déjà jean pierre pernaut citer "sivens 2"
enfin, si l ouverture se fait en hiver, à 1200m d altitude, les bières risquent de geler, les pétards vont prendre l eau et il sera plus difficile de siéger qu'à sivens...
enfin, je déplore que cette france écoute davantage ceux qui ne veulent rien faire que les porteurs de projets concrets.
alors, messieurs les élus, si vous voulez me faire mentir, ne vous opposez pas à cette manne d 'emploi, même si vous ne pourrez pas en gérer le vote des futurs travailleurs.

la mine n'a plus de minerais, le filon est epuisé.

Qu'est ce que c'est que ce commentaire bourré de stéréotypes ? Bravo, belle argumentation que celle de dénigré la population locale à grand renfort de discours maintes et maintes fois entendus de la part de ceux qui ne voient que leur propre intérêt à court terme.
D'une part, vous devriez allez les voir ces néo ruraux. Beaucoup ne touchent pas le RSA et s'en sortent par leur propres moyens, sans parler des éleveurs et autres. Avant de faire des généralisation sous couvert de on dits il vaudrait mieux que vous appreniez à aller au delà des stéréotypes, mais je n'ai pas l'impression que vous en ayez la capacité.
Par ailleurs, en plus des chiffres faussement prometteurs, vous pensez que qui travaillera dans la mine ? Ce ne sera plus une mine comme vous avez pu la connaitre 30 ans en arrière, mais plus bien mécanisé et les quelques emplois que cela pourra créer ne reviendront sûrement pas à des locaux.
Ensuite il faut arrêter de tout mélanger, car pour la plupart ils ne seraient que plus qu'heureux de travailler, et ne sont pas venus dans cette région pour se cacher de pole emploi comme vous dites mais pour bien d'autres raisons qui vous échapperont surement.
Je ne reviendrai pas sur les dégats sanitaires que risqueraient la réouverture de cette mine, car ceci ne doit que peu vous intéresser vu que vous n'êtes, j'en mettrai ma main à couper, pas un habitant de Salau.
Maintenant, ne vous inquiétez pas, s'il devait avoir un Sivens 2 la bas, ce ne serait pas un hiver qui ferait peur aux défenseurs, car ceux ci sont bien plus organisés et courageux que vous ne puissiez même le penser. Vous vous verrez vous aller risquer votre temps et votre vie parfois même, pour défendre des causes publiques ? J'en doute fort. Si votre vision se limite à ce que les médias conventionnels vous matraquent, il est compréhensible de lire un tel commentaire.

Monsieur, si je vous lis bien l'emploi et le développement économique impliqué, vous suffisent pour justifier la réouverture de cette mine. Mais que ferez-vous lorsque le gisement sera fini d'être exploité à Couflens-Salau ? Vous ne pourrez plus vous reposer sur cette pâte à bois... pire, votre vallée aura sûrement perdu toute sérénité, l'attrait touristique et les emplois possibles à la clef seront aussi bloqués dans le verrou, rouillés & minés. Finalement tout ça relève de la responsabilité commune monsieur, qu'allons nous laisser à nos petits ? Des vallées pillées et salies ? Où des vallées pleines de ressources, qui, j'ose espérer un jour, pourront êtres " utilisées " et non " exploités " en cas de besoin et dans des conditions acceptables ? Kenavo !

en voilà un commentaire pathétique, méprisant et ignorant, sûrement l'oeuvre d'un Filloniste nostalgique du temps où les ouvriers mouraient à la mine en empoisonnant leur famille. parce qu'il faut être tout ça (pathétique, méprisant et ignorant) pour relayer l'idée reçue selon laquelle on "choisit" de "vivre au crochet de la société" avec un RSA: il faut aimer l'ascèse pour choisir de vivre avec 530 euros par mois (RSA janvier 2017). c'est plus difficile en tout cas qu'avec un salaire d'assistant(e) parlementaire payé(e) 7900 par mois par le contribuable - pour exercer (ou non) un emploi douteux...
donc monsieur est nostalgique des bronchites, des cancers, des accidents et autres coups de grisou, aussi. qu'est-ce qui a vidé nos vallées, vous qui savez tout? la fermeture d'une mine ou l'exode rural? ou la dévalorisation systématique du secteur primaire, les quotas laitiers et l'intensification à outrance de l'agriculture? ou encore la vague de délocalisations vers l'Asie du Sud-Est qui a tué le textile en Ariège et les intérêts spéculatifs qui ont avalé puis digéré l'aluminium Péchiney implanté chez nous?

ouvrez donc les yeux: agrandir des stations de ski qui sont un gouffre énergétique, qui reçoivent de moins en moins d'enneigement et qui sont condamnées à court ou moyen terme (jugez-en par la vente massive et désespérée de studios et chalets dans les toutes les stations de tout le département) est absurde! si ce sont là vos 2 seules idées de développement économique des vallées ariégeoises, on peut se féliciter que vous n'ayez aucun rôle à jouer dans leur avenir!

gardez donc dans un tiroir votre nostalgie moisie du temps où la plèbe descendait au charbon et s'entassait dans les corons, plutôt que de juger ceux et celles qui essayent d'inventer des formes de vie rurale respectueuses, cohérentes et durables, de ramener de la vie dans nos vallées et des enfants dans nos écoles!