Marché à la ferme urbaine

Publié le 08 aoû 2018 dans Reportages

Publié le 9 août 2018,

La ferme urbaine se cache sur une bute dans le quartier Vallières. Mediacoop y avait déjà fait un tour en août dernier :  http://www.mediacoop.fr/rubrique/reportages/une-ferme-urbaine-clermont-ferrand1 an plus tard, le projet continue et a lancé depuis le 22 juin un marché hebdomadaire pour vendre les légumes et au passage rencontrer quelques apprentis maraichers du quartier. 

La plupart des gens commencent à être des habitués. Beaucoup d’autres, sont du quartier et certains passent la tête en haut des quelques marches pour la première fois : « C’est bien ici le marché de la ferme urbaine ? » C’est vrai que l’endroit est discret. Caché dans les herbes, la grande table installée par Effervescences porte les cagots. Peu de produits, juste ce qu’il y a cette semaine à la ferme urbaine.

Claire, assise à la table, pèse quelques courges. Elle est bénévole à la ferme urbaine et cette semaine, elle se colle la caisse : « C’est un circuit ultra court. Au pire, le produit a été cueilli la veille. Les concombres, ont été ramassés dans l’heure avant qu’on ouvre le marché ». Les tomates cerises sont encore chauffées par le soleil et se mangent comme des bonbons. Le jardin est en arrière-plan du petit marché, c’est très pratique, si un légume vient à manquer, il suffit d’aller en recouper (s’il en reste bien sûr !).

Les prix changent chaque semaine et sont fixés selon le marché et la récolte. Cette semaine, il fallait compter 4 ou 5 euros pour 1 kilos de tomates en fonction de la sorte, 2 euros pour le kilo de courgettes ou encore 1 euro le concombre. 

Laurent Rohr, en charge du projet, explique la philosophie du lieu : « On propose un apprentissage qui correspond à une demande sociétale. Les gens ont la préoccupation de bien manger mais ils ont perdu leur lien avec la nature. » L’endroit est donc avant tout un outil pédagogique qui donne des clés pour cultiver la terre dans un espace urbain. Le marché, est un outil parmi d’autres pour réapprendre comment grandissent nos légumes, comment les jardiner et parfois, les manger !

Le moment du marché est aussi perçu par Laurent comme une opportunité de rencontres et d’échanges : « Ici, c’est devenu un lieu de vie du quartier. Les gens viennent pour acheter des légumes et certains vont faire un tour, donnent un coup de main ou se posent un peu sur un banc. » La grande table d’Effervescences invite à s’asseoir 5 minutes pour goûter les nouveaux arrivés de la semaine …

Le marché à lieu rue Pavin tous les mercredis de 17 à 19 heures. Sauf la semaine du 15 août. Il est annoncé, comme d’autres évènements, sur leur page Facebook.

https://www.facebook.com/fermeurbaineclermontferrand/?ref=br_rs

Gwendoline Rovai

 

 

 

 

 

 

0 Commentaires

Ajoutez le vôtre

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.