NDDL: Rassemblement de soutien à Clermont-Ferrand

Publié le 13 avr 2018 dans Reportages

Publié le 13 avril,

Hier soir, à Clermont-Ferrand, une centaine de personnes se sont regroupées place de Jaude en fin de Journée pour exprimer leur opposition à l’action de démantèlement de la zone à défendre de Notre-Dame-des -Landes qui a commencé ce lundi 8 avril.

Sous le soleil de fin d’après-midi, une petite foule intergénérationnelle s’est regroupée sous la statue de Vercingétorix. Marie, travailleuse sociale, nous explique pourquoi elle s’oppose au développement des forces de l’ordre sur la zone à défendre de Notre-Dame-des-Landes. « La ZAD est un lieu d’expérimentation de changement de société et il faut le préserver. La violence de l’état est inadmissible. On utilise des méthodes de guerre, contre des gens qui veulent juste expérimenter d’autres modes de vie. Pour moi, la désobéissance civile est devenue un devoir. » 

En signe de contestation, Jacky, membre d’Attac et d’Alternatiba, déchire sa carte d’électeur. « Elle représente le symbole d’une communauté, de citoyens et de droits... C’est le droit à la vie que l’on tue »

Une représentante d'Attac rappelle la situation des journalistes sur place, « Le musèlement de la presse est une nouvelle étape qui ne laisse personne indifférent ». Une censure qui a été dénoncée par le Syndicat national des journalistes (SNJ), dans un communiqué paru mercredi. "Lors de leur arrivée sur les lieux, nos confrères ont été́ parqués en bord de route puis évacués de la zone, sous escorte, avec interdiction de filmer ".

Le texte dans son entièreté est disponible ici, https://zad.nadir.org/IMG/pdf/2018-04-11-nddl-circulez-ya-rien-a-voir.pdf

Des étudiants membres de l’Unef sont également présents. Louise Douay nous explique pourquoi elle tenait à se mobiliser aujourd’hui.  « Il ne faut pas se réserver à certaines causes, surtout quand on partage le but. Il y a des liens à faire entre la répression qui est menée à Notre-Dame-des-Landes et celle qui est menée à la fac. C’est un niveau différent de conflictualité mais c’est le même problème : si on dit qu’on n’est pas content, on nous tape sur la gueule. Et ça nous concerne aussi parce que en ce moment il y a des étudiants qui se font taper dessus. »

Dans un contexte où les restrictions budgétaires justifient une série de mesures prises par le gouvernement, Aldric Chapelon lui aussi membre de l’Unef, rappelle pragmatiquement que l’opération à Notre-Dame-des-Landes a un prix. « C’est de l’argent qui ne peut pas être mis dans d’autres choses. L’argent qui est utilisé pour ça, pourrait être investi dans des services publics comme les cheminots ou la fac par exemple. »

Il ajoute « Il n’y a plus besoin d’enlever des gens pour construire, puisqu’on s’est mis d’accord sur le fait qu’il n’y aura pas d’aéroport. Ils ne gênent plus un endroit matériellement. C’est parce qu’ils sont en train de construire quelque chose d’alternatif qu'on les expulse. La répression est donc idéologique. »

Après le rassemblement, la foule s’est mise en mouvement et s'en est allée manifester.

Ce matin sur la ZAD, les opérations militaires ont repris un peu avant 7 heures. Si les expulsions à proprement parler ne sont plus à prévoir selon les propos tenus hier à la fois par la préfète Nicole Klein et Emmanuel Macron, l’opération est loin d’être finie. Le site d’information Reporterre, signalait notamment déjà ce matin des pluies de grenades lors d’affrontements dans la forêt de Rohanne.

De leur côté, ce matin les zadistes exprimaient dans un communiqué leurs inquiétudes. « Pour l’heure, rien ne garantit que les expulsions-destructions vont cesser, comme nous l’exigeons depuis l’ensemble du mouvement. Les gendarmes mobiles se déploient toujours autour et au coeur de la zad. » En milieu d'après-midi, ils décomptaient l'arrestation d'au moins 3 nouvelles personnes.

Deux grandes mobilisations sont prévues ce week-end. Samedi à Nantes à 16h30 place du Cirque et dimanche à l’intérieur de la ZAD à midi.  Pour plus de détails, https://zad.nadir.org/

Gwendoline Rovai

0 Commentaires

Ajoutez le vôtre

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.